Comment assurer la vacuité d’un conduit de cheminée?

La cheminée fait partie des outils de chauffage incontournables durant les saisons hivernales. En plus de tenir notre foyer au chaud, cet appareil constitue également un élément de décoration. Mais pour qu’il puisse assurer pleinement son rôle, il est crucial de l’entretenir régulièrement. Plus précisément, il faut débarrasser le conduit de la cheminée des saletés susceptibles de l’obstruer. Mais comment peut-on assurer sa vacuité ? Nous répondons à cette question dans les lignes qui suivent.

Pourquoi est-ce important de désobstruer le conduit d’une cheminée ?

La cheminée est surtout sollicitée durant les saisons froides. Pour qu’elle soit fonctionnelle, il est toutefois essentiel de l’entretenir régulièrement. En effet, il faut procéder au ramonage de la cheminée tous les ans. D’ailleurs, c’est ce qui garantit la vacuité du conduit.

Justement, l’obstruction de ce dernier présente de nombreux risques. En effet, les dépôts de suies et de goudrons sur sa paroi favorisent les risques d’incendie. Il s’agit de substances hautement inflammables. Autrement dit, elles prennent facilement feu. Pour éviter les dommages que cela peut engendrer, il faut donc les éliminer.

Outre les risques d’incendie, les suies et les goudrons qui obstruent le conduit de la cheminée exposent les habitants de la maison à un risque sanitaire. La fumée qui refoule vers l’intérieur de la bâtisse est en effet chargée de monoxyde de carbone. Il s’agit d’un gaz toxique pouvant provoquer une intoxication.

Pour écarter les dangers, il est donc conseillé de faire appel à un ramoneur à Quimper pour entretenir la cheminée.

Quels sont les différents moyens d’assurer la vacuité d’un conduit de cheminée ?

Pour l’entretien de la cheminée, l’idéal est de contacter un professionnel comme ce ramoneur. En effet, cet artisan ne se contente pas de nettoyer le conduit. Il veille également à son étanchéité. Une fois qu’il aura constaté le bon état de cet appareil de chauffage, il délivrera à son client un certificat de ramonage. En l’occurrence, il s’agit du document qui atteste la vacuité du conduit.

Comme vous l’aurez compris, on peut éviter l’encombrement de ce dernier en procédant au ramonage de la cheminée. Ce procédé consiste à gratter les bords du conduit au moyen d’une brosse spécifique appelée hérisson pour permettre le décollement des saletés. En principe, une cheminée devra être ramonée deux fois par an. De ce fait, le ramoneur intervient avant la période de chauffe et en dehors de celle-ci.

Il faut savoir que les travaux de ramonage sont souvent imposés par les autorités communales. Les compagnies d’assurance exigent également de leur client qu’ils entreprennent ces travaux. D’ailleurs, elles préconisent le recours aux services d’un ramoneur agréé, faute de quoi le ramonage n’aura aucune valeur légale.

Mais à côté du ramonage, le débistrage du conduit est aussi essentiel. Il est réalisé tous les 10 ans après avoir effectué le ramonage annuel obligatoire. Comme son nom l’indique, cette opération consiste à éliminer la couche de bistre sur la paroi du conduit. Il s’agit d’une couche dure et épaisse de suies et de goudrons. Pour sa mise en œuvre, il est aussi recommandé de faire appel à un ramoneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − 12 =

Back To Top